Le Grincheux

"Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul" (Montaigne)

Le Devoir et l’affaire Payette

1255083-lise-payette-publie-sens-devoir

Nous ne saurons jamais ce que se sont vraiment dits, Madame Payette et Brian Myles, lors de leur conversation téléphonique où ce dernier l’a remercié de ses services. Deux remarques toutefois me viennent spontanément à l ‘esprit.

Un congédiement sauvage:

Quand on est gestionnaire, jamais on ne fait une telle chose qu’un congédiement par téléphone. C’est une façon très cavalière et bien peu digne de courage de la faire à distance sans que les deux personnes ne puissent se retrouver face à face. Madame Payette est de plus une collaboratrice de longue date du Devoir et son passé politique ou sa notoriété personnelle imposait un minimum de respect que M. Myles n’a pas eu à son endroit. Et cela indépendamment des mots qui auraient pu être ou ne pas être prononcés. Dans le jargon de la gestion un tel comportement porterait l’étiquette de « congédiement sauvage ».  Et le moins que je puisse dire c’est que le gestionnaire qui fait un tel geste est inévitablement perçu que comme un gestionnaire pleutre et sans envergure.

Le rôle de Madame Luce Julien est encore plus difficile à cerner. Que faisait-elle au juste lors de cette entrevue téléphonique ? A titre de rédactrice en chef, il lui revient de voir au respect des exigences éditoriales du journal et c’est elle, et uniquement elle, qui aurait dû rencontrer Madame Payette et lui signifier la fin de leur relation contractuelle. De la façon dont les choses se sont déroulées, cela a davantage l’apparence d’un règlement de compte personnel entre le directeur et la journaliste Lise Payette. Et ces apparences sont mauvaises à tous égards et n’annoncent rien de bon pour le règne du nouveau directeur et, malheureusement aussi, pour la survie du journal.

Un simple lecteur vous salue:

Bonne chance tout de même Madame Payette. Un simple lecteur vous salue et vous dit qu’il aura beaucoup de regret à ne plus lire vos chroniques.

http://www.lapresse.ca/arts/livres/entrevues/201609/01/01-5016143-lise-payette-persiste-et-signe.php

Publié sur ma page Facebook,  le 1er sept 2016

Navigation des articles